Lunettes anti-lumière bleue : L’avis d’un ophtalmo

Les écrans prennent de plus en plus de place dans nos vies modernes. Ira-t-on jusqu’à dire que le smartphone est le meilleur ami de l’homme ? Ce n’est pas l’avis d’un opthalmo.

Les spécialistes pointent aujourd’hui les dangers pour l’œil d’une surexposition à la lumière bleue des écrans (smartphone, tablette, ordinateur). Heureusement, des solutions existent, et parmi elles, les lunettes anti-lumière bleue qui prennent de plus en plus d’ampleur.

Alors, phénomène de mode ou vraie protection ? On a demandé l’avis des ophtalmos : on fait le point pour vous sur les lunettes anti-lumière bleue.

Point sur les lunettes anti-lumière bleue

Tout d’abord, pour contrer les effets de la surexposition aux écrans, il existe deux types de filtrage anti-lumière bleue : les filtres « logiciels » et les filtres « physiques ». Les filtres « logiciels » sont les applications et les paramétrages à activer directement sur son smartphone ou son mac ou pc, qui agissent sur le type de lumière renvoyé. Les filtres « physiques », ce sont les lunettes, dont les verres transparents ou orangés empêchent la lumière bleue des écrans de pénétrer dans notre œil et d’y accentuer la fatigue rétinienne.

Aujourd’hui, les lunettes anti-lumière bleue connaissent un succès grandissant, grâce au confort qu’elles procurent et aux améliorations sur la santé de leurs utilisateurs. En effet, les témoignages d’utilisateurs rapportent tous une baisse de la fatigue oculaire, une diminution des maux de tête, une meilleure qualité de sommeil, ainsi qu’une meilleure productivité au travail. Les utilisateurs constatent aussi un intérêt tout particulier à porter ces lunettes dans les deux heures précédant le coucher. En effet, les lunettes anti-lumière bleue permettent de regarder un film ou de livre un livre sur support numérique avant de dormir sans dérégler le rythme de son cycle de sommeil. Mais au-delà du ressenti, quel est l’avis des ophtalmos ?

Ce que disent les Ophtalmos :

L’avis du Professeur Serge Picaud

Pour les spécialistes, les lunettes anti-lumière bleue protègent effectivement nos yeux des méfaits des écrans. Voici ce qu’en dit le Professeur Serge Picaud : "Ces verres bloquent une partie importante de la lumière parmi les longueurs d'ondes identifiées comme toxiques pour la rétine. On peut donc supposer qu'il y existe une réelle protection des cellules rétiniennes". Les spécialistes distinguent la lumière bleu-violet de la lumière bleu-turquoise. D’après eux, l’idéal est de filtrer grâce aux lunettes anti-lumière bleue une partie du bleu-violet à son pic de toxicité (entre 415 et 455 nanomètres), mais de laisser passer la lumière bleu-turquoise, essentielle pour notre bien-être psychique. Pour préserver tout le reste de la lumière visible, conserver une bonne vision des couleurs, ne pas influer sur nos cycles biologiques et favoriser un port des lunettes dans toutes les situations, on préconise des lunettes anti-lumière bleue avec un verre clair et transparent avec la teinte la plus neutre possible. On privilégiera donc celles-ci par rapport aux lunettes dont les verres sont de teinte orangée, qui eux filtrent tout le bleu, y compris le bleu-turquoise.

L’avis du Docteur Petra Kunze

Aux yeux des ophtalmos, les lunettes constituent une bonne solution pour prévenir les lésions oculaires et le risque accru de DMLA. La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) est un effet à long terme de la surexposition à la lumière bleue. Comme l’explique le Docteur Petra Kunze, contre la lumière bleue « il n’existe pas vraiment de protection possible, hormis de mettre des filtres entres les sources de lumière et nos yeux ». Et il n’y a pas meilleur filtre pour les écrans que ces lunettes anti-lumière bleue. Mais au fait, pourquoi parle-t-on toujours de lumière « bleue » ? Ce terme a-t-il un fondement scientifique ?

Lumière bleue : que dit la science ?

La réponse est oui : la lumière bleue est une réalité. Il faut savoir qu’elle représente une petite partie seulement de l’ensemble de la lumière bleue existante : ce sont les longueurs d'onde bleu-violet. "Le spectre de la lumière du jour ou de la lumière artificielle comprend des bandes de couleur. Parmi elles, du bleu turquoise, lumière bonne pour le moral, et puis du bleu-violet, lumière à laquelle nous sommes de plus en plus exposés", explique le Dr Petra Kunze.

Du côté rouge du spectre, les rayons ont des longueurs d'onde plus longues et émettent moins d'énergie. A l’inverse, du côté bleu du spectre, les rayons ont des longueurs d'onde plus courtes et produisent plus d'énergie. Il s’agit de certaines longueurs d’ondes dans les bleus-violets, de 415 à 455 nanomètres. Plus énergétiques que les autres, elles frappent donc la rétine avec plus de puissance. D’où cette sensation de fatigue oculaire, voire de légère brûlure après une exposition prolongée à la lumière bleue d’un écran. On retrouve de la lumière bleue partout, y compris dans la lumière naturelle. Mais les nouveaux écrans OLED en ont proportionnellement plus. Les LED d’éclairage intérieur aussi, c’est pour cela que les spécialistes conseillent d’acheter plutôt des ampoules de teinte “blanc chaud”.

Aux yeux de la science, la lumière bleue qui émane des écrans est bel et bien considérée comme nocive. En 2019, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses-France) l’a confirmé : "la toxicité de la lumière bleue sur la rétine et des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil liés à une exposition le soir ou la nuit à la lumière bleue, notamment via les écrans, en particulier chez les enfants", évoquant même une augmentation du "risque de survenue d'une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)".

Articles sur le même sujet

Lunettes gaming : notre avis

Vous êtes féru de jeux vidéo et passez ainsi un temps conséquent devant l’ordinateur, la télévision, votre...
Lire l’article

Avis KLIM : de bonnes lunettes gaming anti-lumière bleue

Nous passons de plus en plus de temps devant nos écrans. Nos yeux sont donc exposés à de plus en plus de l...
Lire l’article

Lunettes gaming, utiles ?

Les ordinateurs, les smartphones, les télévisions font partie intégrante de nos vies. Pour les loisirs ou ...
Lire l’article