Pourquoi la lumière bleue émise des écrans perturbe votre sommeil ?


sommeil lumière bleue

En 2015, l’enquête INSV-MGEN mené par Opinion way mettait en avant que les français sont hyperconnectés. En effet, neuf français sur dix utilisent les nouvelles technologies que sont les ordinateurs, les tablettes et autres smartphones le soir chez eux. Et cela ne concerne pas que les jeunes. Un pourcentage important utilise d’ailleurs les objets directement depuis leurs lits. Si l’on avait pris pour habitude de se détendre le soir avec un bon bouquin, devant un film ou en discutant autour d’une boisson chaude, la détente est désormais de plus en plus synonyme de longues soirées à « tchatter » et consulter les réseaux sociaux. Certains n’hésitent même pas à continuer à travailler, le PC sur les genoux. Les résultats de l’étude, dont l’objet était de faire le lien avec la qualité du sommeil, ont également mis en avant que les personnes connectées le soir peinent à s’endormir et souffrent de troubles du sommeil, avec pour conséquence un sentiment de fatigue plus important le lendemain et à terme, des troubles de l’humeur. Mais pourquoi est-ce tous ces appareils dont il faut l’avouer, nous avons bien du mal à nous passer aujourd’hui, ont un effet si négatif sur notre sommeil ? D’une part, il faut noter qu’il est tentant de garder son téléphone allumé en mode veille la nuit. Les messages reçus ou les alertes reçus qui émettent un son nous réveillent, avec la tentation pour la plupart de les consulter voir de répondre. Le rythme se trouve alors cassé.

Les effets de la lumière bleue

Autre très grande responsable de ce dérèglement : la lumière bleue des diodes électroluminescentes (LED), émise par les écrans. Et là, ce sont de nombreuses études qui ont montré à quel point elle endommage notre sommeil. Si la lumière bleue n’a pas d’impact sur nos cellules, elle se révèle être assez puissante pour déclencher certains effets biologiques. En 2002 a été découvert dans la rétine la présence de cellules ganglionnaires et de neurones. La lumière a donc des effets « non-visuels » qui peuvent influencer notre sommeil. En clair, il existe dans notre corps un rythme réglant les fonctions biologiques de l’organisme, le sommeil en fait partie, et la lumière, de son côté, resynchronise ce rythme au quotidien. Si cela peut être utile en journée pour se maintenir éveillé et en forme, le soir, où il est normal que notre corps ressente la sensation de fatigue, la lumière, et tout particulièrement la lumière bleue, perturbe notre horloge circadienne (responsable du rythme veille-sommeil) en la remettant à zéro avec pour conséquence de réactiver notre cerveau.

Lumière bleue et taux de mélatonine

Lorsque nous dormons, une glande pinéale située dans notre cerveau sécrète de la mélatonine à haute dose. Cette hormone joue un rôle prépondérant dans l’équilibre de notre sommeil. Lorsque la lumière diminue, notre cerveau émet un signal à notre organisme afin de lui dire qu’il faut dormir et c’est à ce moment que la production de mélatonine augmente. L’oeil filtre moins bien la lumière bleue que la lumière blanche. Utilisée le soir, la lumière bleue ralentit voir empêche la production de mélatonine (de 3 à 6 fois moins qu’une personne n’utilisant pas de tablette, smartphone ou ordinateur). Résultat, l’endormissement est plus difficile, le rythme circadien perturbé, provoquant les fameux troubles du sommeil.

Conséquences sur la qualité de vie

Ne pas dormir correctement engendre des conséquences sur le temps que nous passons éveillé dans la journée. Il affecte notre humeur, diminue la concentration et une accumulation de fatigue peut à terme développer des troubles d’ordre psychologique (stress, angoisse…). Nous avons besoin de nous reposer et de dormir, cela fait partie du rythme naturel de notre corps, il faut donc faire en sorte de le respecter en limitant ce qui y porte un frein. Rappelons que des études scientifiques montrent que le temps de sommeil idéal à partir de l’âge de 6 ans est de 9 heures par nuit en moyenne.