Lumière bleue : quel effet sur le cerveau ?

Quel est l'effet de la lumière bleue sur le cerveau ? C'est une question que vous vous posez peut-être, si vous avez déjà entendu parler de la "lumière bleue". D'ailleurs, si vous êtes en train de lire ces lignes, vous vous exposez forcément à la lumière bleue de l'écran de votre smartphone, tablette ou ordinateur.

Comment fonctionne cette lumière bleue et quel est son impact sur notre cerveau ? On vous répond dans cet article.

La lumière bleue, qu'est-ce que c'est ?

Avant tout, définissons ce qu'est la lumière bleue. Il s'agit en fait de la frange bleu-violet du spectre lumineux, tel qu'on le diffracte à travers un prisme optique. Cette partie bleu-violet se trouve entre les rayons ultraviolets et la lumière bleu-turquoise. D'un côté, ces rayons ultraviolets constituent une lumière non visible et nocive pour l'oeil. De l'autre, la lumière bleu-turquoise quant à elle est non seulement inoffensive, mais même essentielle à notre équilibre psychique.

Signe particulier de la lumière bleue, entre les deux ? Elle a la particularité d'agir via des ondes très courtes. Résultat : elle pénètre profondément dans la rétine et irrite l'oeil en cas de surexposition.

La lumière bleue se trouve mélangée aux autres couleurs à l'état naturel, dans la lumière solaire. Mais là où les problèmes commencent, c'est avec les LED. En effet, ces lampes concentrent une forte quantité de lumière bleue artificielle. Or, ces LED composent l'éclairage des écrans de tous nos smartphones, tablettes, ordinateurs et télévisions.

Impact de la lumière bleue sur le cerveau

La lumière bleue a un effet double et contradictoire. D'un côté, elle provoque une contraction oculaire et une grande fatigue visuelle. Mais paradoxalement, elle stimule dans le même temps notre attention. Quels sont les effets qui en découlent sur le cerveau ?

Quels effets sur le cerveau ?

Cerveau adulte

Cette stimulation de l'attention par la lumière bleue nous aide à rester concentré. Mais les dégâts sont nombreux, surtout si on a l'habitude de fixer un écran la nuit tombée. En effet, l'exposition tardive à la lumière bleue bloque la sécrétion de la mélatonine. Cette mélatonine est l'hormone dite du sommeil. C'est-à-dire qu'en temps normal, elle diffuse lentement son agent sédatif dans notre corps quand la nuit tombe. Ainsi, le corps et l'esprit se préparent progressivement au lâcher-prise du sommeil.

Mais si cette hormone est inhibée, le moment de l'endormissement est retardé. Et le sommeil est de moins bonne qualité : réveils nocturnes plus fréquents, sommeil moins profond, insomnies. Il s'ensuit au réveil une productivité moindre et une difficulté à se concentrer. Dans les cas plus sévères de surexposition à la lumière bleue, on constate une forte augmentation de l'anxiété, de l'irritabilité voire de la dépression.

Cerveau de l’enfant

Le cerveau de l'enfant, par sa jeunesse et donc sa plus grande plasticité, présente une vulnérabilité particulière à la lumière bleue. D'abord parce que les enfants ont, pour leur développement intellectuel, un besoin vital d'un sommeil long, profond et régulier. Les problèmes listés plus haut pour les adultes prennent donc pour eux une acuité particulière. D'autant qu'ils ont encore plus tendance à rester fascinés par un écran pendant des heures, et à le regarder de très près.

Ensuite, il faut savoir que le cristallin est immature en dessous de l'âge de dix ans. Il laisse donc passer beaucoup plus de lumière bleue, ce qui augmente encore ses effets néfastes.

Enfin, chez les tout-petits (mois de trois ans), toute exposition même brève à un écran est en réalité à proscrire. Pourquoi ? Parce ce que leur cerveau n'est pas encore apte à distinguer le réel de la fiction. Résultat : ils sont submergés par un flot d'images en mouvement que leur cerveau ne peut pas traiter. Ils sont comme "sidérés", débordés émotionnellement.

Et cette sidération est entretenue par le fait que, comme on l'a vu plus haut dans cet article, la lumière bleue stimule notre attention.

Comment lutter contre ces effets ?

Face à ce constat inquiétant, que peut-on faire pour protéger nos yeux, notre cerveau et ceux de nos enfants ? Il faut savoir qu'il existe deux types de filtres : les filtres physique et les filtres logiciels.

Lunettes anti-lumière bleue

Un filtre physique agit comme une barrière concrète entre vos yeux et l'écran. Les filtres physiques les plus évidents, ce sont les lunettes anti lumière bleue. Les verres de celles-ci possèdent un revêtement spécial, à même de filtrer une partie de la lumière bleue. En réalité, ce filtrage partiel est largement suffisant pour restaurer sensiblement un vrai confort visuel. Les troubles du sommeil et de l'humeur s'atténuent durablement.

Il faut savoir qu'un filtrage plus fort de la lumière bleue présenterait deux inconvénients. D'abord, il dénaturerait beaucoup notre perception des couleurs. Ensuite, il nous priverait des ondes de la lumière bleu-turquoise, essentielle à notre équilibre intérieur. C'est pourquoi seules les lunettes spécifiques au gaming proposent un filtrage de l'ordre de 90 %.

Il existe aujourd'hui un vaste choix de modèles, tant en boutique qu'en pharmacie ou en ligne. On trouve même des lunettes anti lumière bleue pour enfant. Il faut compter entre 25 et 80 euros selon les modèles.

A noter que les lunettes anti lumière bleue présentent l'avantage de vous protéger contre toutes les sources de lumière bleue. C'est-à-dire tous vos écrans (ordinateur, de bureau, smartphone, tablette...). Mais aussi l'affichage urbain digital, ou les phares à xénon des véhicules les plus modernes lors d'une conduite de nuit. Elles sont donc un véritable atout santé, tant pour les yeux que pour le cerveau, tant au travail qu'en déplacement.

Filtres logiciels

Il existe une deuxième approche : les filtres logiciels. Ceux-ci ne sont pas matériels, et s'installent directement sur l'appareil qui émet de la lumière bleue. Ces filtres logiciels fonctionnent tous en modulant la colorimétrie de votre écran. Les tons bleus se réduisent au profit des tons ocres à mesure que le jour baisse. On distingue deux catégories : les logiciels natifs et les applications tierces.

Les filtres natifs anti lumière bleue existent sous le nom de NightShift sur Mac. Et sous le nom de NightLight sur Windows, pour les versions à  partir de Windows 10. Les applications tierces, quant à elles, sont nombreuses et la plupart existent dans une version de base gratuite.

Conclusion

La lumière bleue a bel et bien un effet néfaste sur le cerveau, qui peut aller de l'insomnie jusqu'à de vrais troubles de l'humeur et de la concentration. Prudence, donc, et cap sur la protection anti lumière bleue !

 

Articles sur le même sujet

Avis KLIM : de bonnes lunettes gaming anti-lumière bleue

Nous passons de plus en plus de temps devant nos écrans. Nos yeux sont donc exposés à de plus en plus de l...
Lire l’article

Lunettes gaming, utiles ?

Les ordinateurs, les smartphones, les télévisions font partie intégrante de nos vies. Pour les loisirs ou ...
Lire l’article

Où acheter des lunettes gamer ?

De plus en plus de personnes se sont récemment converties aux lunettes gamer, c'est-à-dire aux lunettes q...
Lire l’article