Paupière qui tremble : les causes


paupière qui tremble : les causes


La société actuelle a profondément bouleversé les habitudes de ces citoyens qu'ils soient engagés professionnellement ou pas. Les nombreuses technologies qui nous enfoncent chaque jour un peu plus dans le numérique et l'automatisation, la recherche permanente et par tous les moyens de la performance, une industrialisation poussée à ses limites par une restructuration des méthodes et conditions de travail, sont autant de changements qui affectent le quotidien de la plupart des hommes sur la terre. Dans cette même logique, ces évolutions ont irrémédiablement eu des répercussions sur la santé et le bien-être.


En effet, au cours de ces dernières années, on a pu observer la recrudescence de nombreux maux qui étaient autrefois inconnus du grand public et qui sont apparus peu à peu au cours de ces grandes réformes technologiques, numériques et professionnelles. Au nombre de ceux-ci, on compte la fasciculation au niveau des paupières. On a tous déjà, un jour ou l'autre, fait l'expérience de la paupière qui involontairement saute. Pour certains, elle n'est que passagère tandis que pour d'autres, elle est très récurrente. Une fasciculation désigne en général et selon le dictionnaire de médecine, une brève contraction d'un groupe de fibres musculaires. Elle est involontaire, localisée et survient de manière aléatoire. Familièrement, on dit des patients qui rencontrent ce genre de problème, qu'ils ont les paupières qui tremblent ou qui tombent. À la base de ce phénomène, plusieurs causes possibles auxquelles nous nous intéresserons en les évoquant des plus évidentes aux plus anodines.


Découvrir le mal pour mieux le diagnostiquer

Le mal de la paupière qui tremble ou qui saute n'est qu'une adaptation de la fasciculation au niveau des paupières. De manière générale, la fasciculation est liée à un processus complexe ou une unité motrice (une fibre nerveuse et les fibres musculaires correspondantes) est activée de façon anormale. Ce phénomène provoque au niveau du muscle une mini-réaction et une contraction vive et inattendue. Au niveau des paupières, le mal concerne soit la paupière supérieure, soit la paupière inférieure ou bien même les deux. Il n'afflige aucune douleur et dure que quelques secondes ou des fois même, on ne s'en aperçoit pas assez vite.


C'est un mal généralement bénin lorsqu'elle n'annonce pas d'autres affections plus graves. Cependant, il peut devenir très vite désagréable, voire insupportable lorsqu'il se répète à une fréquence trop élevée. Heureusement, il est possible d'atténuer ces tremblements en détectant la cause la plus susceptible de créer ces frémissements. Le premier mis en cause est la lumière bleue.


La lumière, une actrice invisible

La lumière est composée de plusieurs radiations ayant chacune une longueur d'onde propre. Plus simplement, la lumière peut être décomposée en des sortes de bandes de couleurs unitaires (infrarouge, ultraviolet, visible) dont l'ensemble forme le spectre de la lumière. Justement, la lumière bleue est l'une des composantes de cette lumière spectrale possédant ces caractéristiques propres. Elle peut provenir de plusieurs sources lumineuses comme le soleil et les sources artificielles comme les différents écrans de nos ordinateurs, smartphones, télévisions et tablettes.


Le développement du numérique avec les écrans présents partout et à chaque moment de nos journées, nous expose en permanence à cette lumière. Parmi les différentes lumières bleues, seule une infirme partie appelée onde bleu-violet est nocive pour nos yeux. Celle-ci émet une énergie plus importante au niveau de la rétine et l'affaiblit. Particulièrement, nos écrans sont une source importante d'onde bleu-violet qui va progressivement contribuer à la dégénérescence et aux lésions du cristallin et de la rétine. L'affaiblissement des muscles rétiniens qui s'ensuit, peut entraîner un tremblement quasi-régulier des paupières habituées à une suractivité. Plus grave encore, une étude a récemment prouvé qu'un enfant né en 2015 aura passé à l'âge de 7 ans l'équivalent d'une année pleine, jour et nuit, à scruter un écran. Ceci montre à quel point, les prochaines générations sont exposées à la fasciculation.


Le manque de sommeil

À part le fait qu'elle endommage les cellules des yeux, la lumière bleue est à la base de certains troubles de sommeil. En effet, une exposition prolongée aux lumières issues de nos écrans entraîne des problèmes d'insomnie, de sommeil agité, marqué par des éveils fréquents et surtout les difficultés à l'endormissement. C'est aujourd'hui un fait avéré par de nombreuses études. Ces travaux démontrent que la mélatonine, hormone régulant le cycle du sommeil, est affectée et que son taux varie sensiblement à la lumière. Normalement, son taux s'élève en début de soirée en absence d'éclairage (lumière solaire ou lampe) pour marquer et stimuler le début de la période de sommeil. Cependant, lorsque les patients s'exposent à l'onde bleu-violet, ce taux s'affaiblit considérablement. Cette exposition empêche de dormir et crée au réveil un manque de sommeil.

La fatigue et l'anxiété qui en découlent, peuvent facilement favoriser le clignotement des paupières. De même, la fatigue peut aussi provenir d'une activité sportive excessive. C'est pour toutes ces raisons, qu'il est conseillé d'utiliser ses écrans à bonne distance des yeux, d'en arrêter l'utilisation prolongée surtout la nuit et de modérer les efforts physiques.


Les stimulants et les besoins en magnésium

Parmi les causes du clignotement fréquent des paupières, la carence en magnésium est aussi pointée du doigt. Le magnésium est un oligo-élément primordial à la vue d'autant plus que l'organisme est incapable d'en produire. Ce nutriment contribue à la diminution des troubles ophtalmologiques et empêche la dégradation de la vue. Mieux, il réduit la fatigue visuelle grâce à une meilleure vascularisation de la rétine. En cas de manque de magnésium, le meilleur moyen est de le combler en prenant des aliments comme les légumes, les poissons, mais aussi le chocolat.


Par ailleurs, les substances stimulantes sont aussi des facteurs favorables aux tremblements des paupières. Les substances mises en cause sont : l'alcool, la caféine ou les différentes drogues. La modération dans leurs consommations est donc de rigueur à défaut de les exclure de l'alimentation.


Un mal qui en cache un autre

La fasciculation peut être l'un des symptômes de maux plus importants comme : l'abrasion de la cornée, le glaucome, la blépharite ou l'uvéite et même les atteintes neurologiques comme la sclérose en plaques. Il est donc préférable de consulter son médecin lorsque le tremblement persiste. En dehors des causes les plus importantes, la prise de remèdes contre l'épilepsie, la sécheresse oculaire et le stress ont pour effets secondaires, le clignotement involontaire des paupières. Pour remédier à ce trouble, il n'existe pas de traitement type. Il convient de se prémunir des facteurs à risque et de consulter au cas où la fasciculation serait annoncerait une autre maladie.

Lire aussi : 
Glaucome qu'est-ce que c'est ? 
DMLA qu'est ce que c'est ?