L'amblyopie qu'est-ce que c'est ? Symptômes, Solutions, Traitements & Astuces


L'amblyopie

L'amblyopie : de quoi est-il question ? L’amblyopie – qui vient du grec vue faible – se définit comme une détérioration de la vision (affaiblissement de l'acuité visuelle et perception dénaturée des reliefs et profondeurs) qui prend sa source dans le développement inadéquat d’un des yeux durant l'enfance. Le petit y voit en fait mieux avec un œil qu’avec l’autre. Ce trouble visuel apparaît le plus souvent avant l'âge de six ans et se retrouve chez environ 3 p. 100 de la population mondiale.

Il touche habituellement un seul œil, l'autre étant complètement fonctionnel. Mais il peut également toucher les deux yeux, il prend alors le nom d'amblyopie bilatérale. Les enfants atteints de ce dernier trouble sont considérés comme déficients visuels ou malvoyants.

Un œil ignoré par le cerveau

L'amblyopie est autrement nommée œil paresseux ou lazy eye. Car malgré l'absence de lésion organique susceptible de faire obstacle à la bonne capacité visuelle des yeux, la propension du cerveau est de méconnaître les informations visuelles de piètre qualité en provenance d'un des yeux au profit de l'autre et au bout d'un certain temps, de l'ignorer (anisométropie). Cette ignorance provoque une sous-utilisation de l'œil qui devient paresseux.

Des symptômes invisibles

La personne atteinte d'amblyopie ne présente généralement aucun symptôme. Puisque ce trouble visuel ne touche qu'un seul œil, l'autre œil offre dans la majorité des cas une excellente vision et prend en charge toutes les tâches visuelles que l'autre œil ne parvient pas à assumer. Le patient peut donc difficilement dépister une vision amoindrie dans l'œil. Seul un examen visuel complet permet de déceler la présence d'un problème.

Lorsqu'un diagnostic est posé rapidement et qu'un traitement est amorcé à un stade précoce (avant l'âge de deux ans), il est possible d'améliorer considérablement la vision de l'œil atteint, voire de faire disparaître l'amblyopie. Un manque de diligence à cet égard (diagnostic et traitement après six ans) peut par contre le mener à un dysfonctionnement irrémédiable.

Mais la plasticité du cerveau, pour la vision, se termine à des âgés variés puisque chaque enfant est différent. Si le plus souvent, la correction de l'amblyopie devient impossible chez les enfants après l'âge de six ans, chez d'autres, une correction pourrait être envisageable jusqu'à l'âge de 14 ans.

La détection de la maladie : un travail collaboratif

C'est le professionnel de la santé responsable du suivi médical de l'enfant qui évalue le développement général des yeux de celui-ci. Si ce professionnel détecte un problème lors de son examen, il le réfère à un ophtalmologiste qui déterminera la cause du problème. S'il observe l'apparition d'une amblyopie, il prescrit généralement le port de lunettes, un système d'occlusion (cache-œil) ou des séances d'orthoptie. L'orthoptiste travaillera alors de concert avec l'ophtalmologiste et l'opticien pour remettre au travail l'œil fainéant. Cette tâche de rééducation est certes exigeante, voire contraignante, mais donne dans la majorité des cas d'excellents résultats.

Des causes multiples

Les causes de l'amblyopie sont nombreuses. Nous vous présentons ici les principales.

Strabisme – La déviation en continu du même œil conduit au développement déficient de la vision.

Anomalie de réfraction – Comme la myopie, l'astigmatisme, l'hypermétropie qui requièrent le port de lunettes ou de lentilles cornéennes (il en sera question plus loin).

Affections de l'œil et du nerf optique – La cataracte, l'hypoplasie du nerf optique, une maladie de la rétine, la ptose palpébrale, une cicatrice sur la cornée sont autant de maladies qui peuvent entraîner un problème d'amblyopie.

Les traitements possibles

L'objectif de tout traitement, peu importe la solution dégagée par l'ophtalmologiste, c'est de faire travailler l'œil paresseux. Les traitements comprennent donc :

Mise en place d'un système d'occlusion (cache-œil) pour l'œil sain – Ce système oblige l'œil faible à mettre les bouchées doubles pour renforcer de manière naturelle son habileté à se déplacer et à se concentrer sur les objets.

Lunettes et lentilles cornéennes – Elles servent à rectifier la différence d'hypermétropie et de myopie entre les yeux. La récupération de l'œil atteint dépend de la discipline que démontre l'enfant relativement au port de ses lunettes ou lentilles cornéennes. Si le trouble est discret, le problème peut se résoudre après quelques mois. S'il est important, le port de lunettes ou de lentilles cornéennes peut durer plusieurs années.

Exercices orthoptiques – Des séances d'exercices orthoptiques peuvent être prescrites afin de faire travailler les yeux ensemble et ainsi recouvrer une bonne vision des reliefs et des profondeurs (vision en trois dimensions).

Atropine ophtalmique – C'est une solution de rechange intéressante pour les patients affectés d'un degré d'amblyopie peu élevé ou pour les enfants que le cache-œil indispose.

Intervention chirurgicale – Elle consiste au réalignement des muscles oculaires dans le but de replacer le globe oculaire dans son axe initial. Sur le plan esthétique, cette option donne des résultats concluants mais elle demeure coûteuse et plus risquée.

L'amblyopie chez l’adulte

L'amblyopie fonctionnelle chez l'adulte était, jusqu'à tout récemment, considérée comme incurable dû à l'insuffisance de sa plasticité cérébrale. Comme mentionné précédemment, après l'âge de six ans, tous les traitements pour mettre un terme à ce trouble oculaire sont inefficaces. Ainsi, les patients âgés de six ans et plus conservent leur vision résiduelle, souvent faible, malgré le port de lunettes ou de lentilles cornéennes.

N'existe-il donc pas une méthode pour corriger, en tout ou en partie, l'amblyopie chez l'adulte ?

Depuis quelques années, des études ont permis de mettre en lumière de nets progrès en ce qui a trait à la vision spatiale et à l'acuité visuelle grâce à des exercices qui forcent les deux yeux à travailler en équipe. Ces exercices, sous forme de jeu vidéo, prenaient la forme de l'affichage d'une image différente à chaque œil, une heure par jour pendant cinq semaines. L'association des deux images devait conduire au jeu puisque celui-ci stimule la réception du signal de l'œil amblyope.

Des résultats probants ont été constatés chez la plupart des adultes âgés de plus de 20 ans et souffrant d'amblyopie fonctionnelle, soit notamment une meilleure acuité visuelle et une meilleure perception de l'espace.

Lire aussi :
Presbyte qu'est-ce que c'est ?
Myopie qu'est-ce que c'est ?
Astigmate, qu'est-ce que c'est ?