Daltonien qu'est-ce que c'est ? Symptômes, Solutions, Traitements, Astuces


Daltonien

Comprendre le daltonisme et ses traitements. Distinguer les couleurs est souvent pris pour acquis. Malheureusement, de très nombreuses personnes sont incapables de faire la différence entre certaines couleurs. On parle alors d’un dysfonctionnement visuel désigné scientifiquement par le terme daltonisme : une défaillance qui touche plus de 180 millions d’individus dans le monde et qui perturbe leur quotidien de manière significative.

Qu’est-ce que le daltonisme ?

Le chimiste anglais John Dalton a constaté, en plaçant un géranium près d’une chandelle, qu’il n’arrivait pas à en avoir une perception claire. C’est alors au dix-huitième siècle que cette défaillance a été repérée et considérée comme un véritable problème de vision lié à la distinction des couleurs. Le chimiste a ainsi donné son nom à cette anomalie dès lors appelée « daltonisme ».

Après plusieurs études axées sur la perception faussée des couleurs, on a conclu qu’il s’agit d’une anomalie génétique et incurable qui ne présente aucun signe d’évolution positive ou négative au fil des années.

Une anomalie masculine héritée des gènes maternels

Petit tour du côté de la génétique : Nous savons tous que la femme présente 2 chromosomes X, alors que l’homme possède un chromosome X et un autre Y. Des études ont permis d’identifier le chromosome X comme étant celui du daltonisme.

La femme ne peut alors contracté cette défaillance visuelle que si elle hérite ce gène de ses deux parents, alors que pour l’homme, il suffit qu’un chromosome X, hérité de sa mère, soit porteur de l’anomalie pour qu’il naisse daltonien. Quelles sont les chances de capter 2 chromosomes X défectueux ? Plutôt faible !

Pour cette raison, 8 % des hommes souffrent de daltonisme contre 0,5 % seulement de femmes. Conclusion : Même si le gène défectueux est féminin, il touche plus d’hommes que de femmes. Ainsi, ce mode transmission lié au sexe justifie le fait que les pères sont incapables de transmettre le daltonisme à leurs fils alors les mères le peuvent, même lorsqu’elles n’en souffrent pas.

A travers les yeux d’un daltonien

D’abord, rappelons qu’il y a différents degrés de daltonismes. Certains sujets touchés par cette maladie, ont du mal à distinguer le rouge du vert, d’autres confondent toutes les couleurs. Dans les cas les plus rares, ils n’en perçoivent aucune : voir la vie en couleurs n’est pas vraiment leur fort !

Ainsi, si vous voulez comprendre le daltonisme, il ne faut pas réduire cette défaillance à une simple confusion entre le rouge et le vert.

Revenons maintenant aux couleurs primaires de la vision qui sont le bleu, le rouge et le vert et qui sont transmises par les cônes (cellules de la rétine). Le cerveau combine ces coloris et les interprète sous forme de teintes nuancées.

Essayons ici de voir à travers les yeux d’un daltonien ! S’il ne perçoit pas les couleurs primaires dans leur expression la plus claire et la plus intense, le cerveau devient incapable de traiter ces informations et, par conséquent, de les traduire en nuances.

Le dépistage du daltonisme

Penchons-nous davantage sur les différents cas de daltonisme en prenant pour référence un sujet sain dit « trichromate » capable de distinguer les 3 couleurs primaires de la vision. Celui-ci possède les 3 icônes qui lui permettent de percevoir et d’interpréter toutes les couleurs issues de leurs croisements.

  • Dichromatisme : Le sujet daltonien n’a que les 2 cônes du bleu et du vert. L’association des 2 ne donne que le jaune et une autre nuance entre le gris et le blanc.
  • Monochromatisme : Le sujet daltonien n’a aucun de ces cônes. Résultat : Il voit en noir et blanc.
  • Trichromatisme anormal : Le sujet possède les 3 cônes incapables de transmettre l’information vers le cerveau. Ils ont ainsi une toute petite difficulté à distinguer les couleurs.

Comment savoir ?

Le daltonisme est très facile à repérer. Dès son plus jeune âge, un enfant peut présenter ces signes de confusion qui sera très vite détecté au cours d’un dépistage à l’école. (Si ça n’a pas été fait plus tôt !).

Le dépistage consiste à montrer des planches portant des pointillés colorés qui forment des chiffres et des dessins. Ces représentations sont placées sur un fond de couleur différente. Si le sujet présente des difficultés à reconnaître les couleurs, il est jugé daltonien.

Il faudra ensuite effectuer des examens plus en profondeur afin de déterminer de quel type de daltonisme il s’agit.

Comment soigner le daltonisme ?

En réalité, le daltonisme est une anomalie à priori irréversible. Très peu de solutions ont permis de donner de vrais résultats. En voici les plus importants :

  • Les lentilles X-Chromes : Créées par l’optométriste Dr. Zelter en 1971, ces lentilles étaient la première solution au daltonisme. Elles permettent de filtrer les couleurs manquantes pour en donner une meilleure perception. Malheureusement, elles peuvent provoquer des troubles visuels.
  • Lunettes En-Chrome : Le filtre des lunettes permet de bloquer une partie de la lumière générée par les couleurs, ce qui donne aux yeux la capacité de mieux répondre à ces émissions lumineuses. Cependant, seuls le rouge et le vert sont traités par ce filtre.
  • Eyeteq : Il s’agit d’une application numérique conçue par Christopher Cytera pour augmenter l’intensité des couleurs sur les images et les photographies. Ce processus est aussi intégré dans les jeux vidéo qui désormais présentent une mode daltonien accessible à travers un simple réglage.
  • La thérapie génétique : Cette méthode, utilisée aussi pour soigner des maladies génétiques plus graves, consiste à insérer des gènes photorécepteurs dans les cônes afin de rétablir une perception claire des couleurs. Une vraie réussite ! Cependant, elle implique des difficultés mécaniques et un coût d’opération assez élevé qui rend les gens plutôt sceptiques.

Ainsi, il existe différentes solutions prometteuses pour corriger le daltonisme. Parce qu’il n’y a toujours pas de méthodes fiables à 100 %, les études continuent à progresser et, avec elles, l’espoir de permettre enfin aux daltoniens de voir la vie en couleurs !

Lire aussi : Tout savoir sur la lumière bleue ou la DMLA