Conjonctivite qu'est-ce que c'est ? Symptômes, solutions, traitements et astuces


conjonctivite

La conjonctivite : une inflammation à ne pas négliger. La muqueuse transparente qui recouvre l’œil est nommée conjonctive. Elle peut parfois être irritée : on parle alors de conjonctivite. Le picotement et les larmes qui en résultent sont désagréables. Toutefois, cette inflammation très répandue se soigne facilement dans la plupart des cas.

Des symptômes plutôt spectaculaires

En dépit de la protection naturelle que constituent les paupières, les yeux sont des organes fragiles. La conjonctivite provoque des symptômes visibles et inconfortables. Cependant, elle n'altère généralement pas la vision. Aucun traitement d'urgence n'est requis dans la majorité des cas, même si une consultation médicale est conseillée.

La conjonctivite s'accompagne le plus souvent d'une rougeur, d'un larmoiement voire d'un écoulement de pus. D'autres signes d'irritation sont ressentis au niveau des yeux : une sensation de fourmillement, des démangeaisons, une boursouflure de la paupière voire une douleur persistante.

Au réveil, on peut également avoir les yeux collés par un épanchement de pus séché. Enfin, il arrive parfois que l’œil ait une teinte rouge vif, à cause d'une hémorragie située plus en profondeur. D'ordinaire, la rougeur est due à une dilatation des vaisseaux, indice d'une inflammation diffuse.

Les diverses origines de la conjonctivite

Même si la conjonctivite provoque des symptômes facilement identifiables, il faut savoir que ces derniers ne révèlent pas un seul et même type de conjonctivite. Cette inflammation peut avoir été causée par un corps étranger, une exposition aux pollens, au soleil ou au vent voire une infection microbienne.

Les conjonctivites dues aux facteurs climatiques ou aux allergies durent peu : l'inconfort qui se traduit par des picotements et un larmoiement cesse le plus souvent en 24 heures à peine.

Les conjonctivites infectieuses ont pour origine un micro-organisme. Il s'agit soit d'un virus, soit d'une bactérie. Classiquement, les virus sont les plus en cause, davantage que les bactéries. Ces inflammations infectieuses sont plus sujettes aux complications que les conjonctivites accidentelles.

Il faut donc les traiter sans tarder afin d'éviter une aggravation des symptômes. De plus, ces conjonctivites sont contagieuses. Mieux vaut en protéger son entourage proche, famille ou collègues entre autres.

L'utilité d'une consultation ophtalmologique

Il est judicieux d'opter assez tôt pour un diagnostic médical : les causes de la conjonctivite seront ainsi bien définies et le traitement adéquat très vite mis en œuvre. On protège donc les autres d'une éventuelle contagion. Le médecin commence par examiner l’œil irrité avec une lampe qui permet un fort grossissement.

Si un diagnostic de conjonctivite infectieuse est posé, le praticien peut décider de faire analyser les sécrétions oculaires dans certains cas :
si les symptômes sont sérieux ou s'ils réapparaissent ;

quand une IST (Infection Sexuellement Transmissible) est suspectée de causer ces troubles ;

si une personne souffre d'une déficience du système immunitaire ;

quand le (la) patient(e) présente un trouble oculaire antérieur, comme une transplantation de la cornée.

Une conjonctivite infectieuse guérit souvent spontanément. Toutefois, la prudence doit être de mise car certaines conjonctivites (surtout bactériennes) peuvent durer plusieurs mois quand on néglige de les soigner.

Comment appliquer le traitement adéquat ?

Dans un premier temps, il convient de nettoyer la paupière et donc les sécrétions oculaires avant d'appliquer une compresse tiède ou froide. Il faut bien sûr veiller à se désinfecter les mains avec régularité pour ne pas disséminer les éventuels microbes.

Quand une conjonctivite bactérienne a été mise en évidence, un collyre ou une pommade antibiotique est prescrit(e). Si un écoulement de pus s'accumule sous la paupière, il faut la nettoyer avec délicatesse en gardant les yeux fermés.

On peut utiliser de l'eau du robinet et une pièce de gaze parfaitement propre. Les compresses à la bonne température, froides ou bien tièdes, contribuent quelquefois à apaiser la sensation d'irritation. Les conjonctivites bactériennes et virales se propagent facilement d'une personne à l'autre. Il est donc prudent quand on souffre de ce trouble d'isoler ses compresses pour ne pas contaminer ses proches.

Une thérapie personnalisée

D'ordinaire, les patients atteints par une conjonctivite infectieuse doivent éviter d'aller à l'école ou au travail. Cette précaution s'étend parfois sur plusieurs semaines. Quand l'inflammation est causée par une bactérie, le traitement par antibiotiques ne se justifie pas.

Cependant, comme il est difficile de distinguer une infection oculaire bactérienne d'une conjonctivite virale, les médicaments antibiotiques sont souvent prescrits dans les deux cas. Des molécules comme la moxifloxacine, la ciprofloxacine ou encore le trimétho-polymyxine ont prouvé leur efficacité contre divers micro-organismes.

On les utilise de 7 à 10 jours. Les pommades sont parfois préférées aux collyres car elles sont plus efficaces en cas de larmoiement abondant. Toutefois, la pommade perturbe la vue et ce, durant 20 minutes après l'application. Les antibiotiques par voie orale ont une utilité pour traiter les conjonctivites à inclusions, dues à une IST. Quand la conjonctivite est virale, le médecin prescrit parfois des collyres intégrant des corticostéroïdes.

Les médecines douces et leurs vertus

L'aromathérapie et la phytothérapie ont fait leurs preuves pour soulager les symptômes d'une inflammation de la conjonctive. Une infusion de camomille refroidie peut donner de bons résultats. Versée sur du coton et appliquée en compresse, elle apaise les démangeaisons.

L'eau de bleuet est aussi un bon remède, pratique à utiliser. Vendu en pharmacie sous forme de dosettes, ce collyre naturel s'utilise à raison de quelques gouttes, plusieurs fois par jour. On peut aussi en fabriquer chez soi, en faisant infuser des fleurs de bleuet séchées, achetées en herboristerie.

Après avoir fait infuser ces fleurs, on laisse refroidir la tisane. Ensuite, on en imbibe des compresses douces, non tissées, que l'on applique sur l’œil irrité. Bien sûr, l'hygiène des mains reste primordiale quand on manipule les compresses sur les yeux.

Des astuces qui soulagent l'irritation

Un massage à faire soi-même est bénéfique pour apaiser les sensations désagréables dues à la conjonctivite. On commence par poser l'index, le majeur et l'annuaire sur le pourtour supérieur de l’œil. En expirant, il faut presser les doigts sur l’œil et relâcher en inspirant. Ce massage doit être renouvelé 3 à 4 fois de suite.

Le froid n'a pas son pareil pour faire dégonfler l’œdème des paupières dû à l'irritation de la conjonctivite allergique. Pour en tirer le meilleur parti, il suffit de verser deux dosettes de sérum physiologique sur deux compresses. On les met ensuite au congélateur mais pas plus de 10 à 15 minutes pour éviter l'effet de brûlure du trop grand froid.

Appliquées sur les yeux durant un quart d'heure, ces compresses soulagent l'inflammation.

Le nettoyage des sécrétions collées sur les paupières est facilité par de l'eau bouillie et donc stérile. Il n'y a plus qu'à la laisser tiédir avant de l'utiliser pour un nettoyage en douceur à faire le matin.

Lire aussi : 

Paupière qui tremble : les causes
Sécheresse des yeux : quelles en sont les causes ?